Nos coordonnées

17, Rue des Veaux

67000 Strasbourg

 

Tél. 03 88 36 98 28

Mob. 06 83 03 53 93

 

Depuis 1992

Strasbourg - France

Horaires

  • Fermeture Annuelle :
    Du 1er au 21 AOUT 2017

 

Plats du Jour

(Uniquement en semaine)

  • Plat du Jour à 9.90 €
  • Dessert du Jour à 2.00 €
  • Verre de vin sud américain à 2.50 €

(Argentin ou chilien )


Voir en Détail

Galerie Photos

Aux aurores de la découverte des amériques ...

Les peuples qui y habitaient étaient les indiens, natifs ; leur mode d'alimentation pour ce qui s'agit de la terre aujourd'hui connue comme le Brésil se basait sur chaque région et ses richesses naturelles. Vue l'étendue de ce pays à échelle continentale, la diversité de ce que la nature offrait région par région était immense et la gastronomie locale de chaque région y puisait ses ressources.

 

Pour se nourrir étaient pratiqués la chasse, la pêche, la cueillette des fruits qui s'y trouvaient en abondance, ainsi que les divers légumes comme les fêves ( d'où l'haricot déjà très réputé dans la cuisine indigène ) et les cacahuètes, le manioc, le coco. La banane et les fruits de toutes sortes étaient aussi très appréciés.

Avec l'arrivée des Portugais, dont la variété culinaire était déjà influlencé par la conquête arabe de la péninsule ibérique et les diverses cultures déjà exploités en Orient, ont été ramenées les épices des chemins des Indes, des animaux de toutes sortes ( poules, bovins, ovins ), diverses sortes de baies comme le café, de différents légumes et condiments. Tout ceci fût rajouté à l'abondance naturelle de la nouvelle colonie.

Ainsi à l'arrivée des esclaves africains sur le continent, ceux-ci retrouvèrent quelques produits déjà connus dans leur continent comme la palme, le coco, le manioc, et agrémentèrent des restes de viandes et viscères fumées et salées des seigneurs portugais. La banane et l'orange étaient les fruits de base de leur alimentation très pauvre et, au fur et à mesure, les combinaisons, le coco, le manioc, des restes salés des viandes, les poissons fumés et divers autres goûts, comme l'huile de palme sont venus complémenter ces mets.

Après l'indépendance du Brésil, les plats de base populaires étaient très diffusés car le nombre d'esclaves était en augmentation, mais la classe noble restait très Européenne. Vinrent ensuite s'ajouter à la richesse de chaque région les nouveaux ingrédients des colons arrivés en fuyant les famines et les guerres d'invasion du 19e et du début du 20e siècle, tels que les Allemands, les Italiens, les Japonais et les Syro-libanais.

Aujourd'hui, il est facile de manger dans les "Churrascarias" ( restaurants brésiliens spécialisés en viandes ), des plats japonais et libanais ainsi que des pâtes et le tout en harmonie avec le riz, haricots et farine de manioc.

La gastronomie brésilienne ne cesse d'innover, car l'avantage du brésilien c'est qu'il aime le métissage et la diversité. Il assimile et cumule les différentes cultures, d'où la difficulté de caractériser une gastronomie nationale. Il est plus sûr de se dire de la cuisine Brésilienne qu'elle est régionale et mélangée à ses influences ethniques, car pour manger avec plaisir il suffit de se laisser aller par les mets proposés du Nord au Sud de cet immense pays.

 

Maria Marta Fragozo Dayeh